Rolex Fastnet Race Actualités

MOCRA – les multicoques à fond la caisse

Lors de la dernière édition, Christian Guyader s'est imposé. Il revient cette année avec un nouveau 50 pieds baptisé Guyader MExT, skipper par Gwen Chapalain. @Martin Viezzer Lors de la dernière édition, Christian Guyader s'est imposé. Il revient cette année avec un nouveau 50 pieds baptisé Guyader MExT, skipper par Gwen Chapalain. @Martin Viezzer

Les Ultimes, les voiliers de course au large les plus rapides du monde, seront peut-être les meneurs de la Rolex Fastnet Race, avec la possibilité de faire le tour de ce nouveau parcours en moins de 24h, mais ils seront suivis de près par la classe MOCRA, qui évolue dans un confort nettement supérieur.

Depuis la création de la MOCRA (Multihull Offshore Cruising and Racing Association) en 1969, les multicoques, qu'ils soient catamarans ou trimarans, ont énormément évolué. À l'époque, ces machines étaient soit des caravanes flottantes, aux performances équivalentes, soit des bateaux de course poids plume à la fiabilité douteuse. Au cours des décennies qui ont suivi, les progrès considérables réalisés en matière de conception, de construction composite et d'ingénierie structurelle, ainsi que l'allègement de tous les éléments, de la tête de mât à la base du foil, ont transformé ces bateaux. Aujourd'hui, les multicoques modernes peuvent tout simplement offrir plus de tout - spectaculairement plus de performance ou plus d'espace et souvent les deux - par rapport à un monocoque équivalent.

L'un des plus grands exploits de la MOCRA est sa règle qui, depuis des décennies, permet à des multicoques très différents de concourir équitablement. Dans la Rolex Fastnet Race de cette année, cette règle sera mise à l'épreuve avec des bateaux allant de 30 à 84 pieds.

Maserati, skipper par Giovanni Solvini © Arthur Daniel/RORC Caribbean 600Maserati, skipper par Giovanni Solvini © Arthur Daniel/RORC Caribbean 600

Les leaders de la classe MOCRA sur l'eau seront certainement les deux MOD70, l'Argo de l'Américain Jason Carroll et le Maserati de l'Italien Giovanni Soldini. Aucun de ces trimarans n'est un MOD70 "de la classe", les deux étant équipés de foils pour les aider, sinon à voler pleinement, du moins à réduire leur déplacement. Des deux, Maserati a les foils les plus extrêmes, y compris un foil "manta" sur la dérive de sa coque centrale, qui lui permet de s’appuyer sur trois points.
 
Au-delà de ces « machines de guerre », dessinées uniquement pour la course, la classe MOCRA rassemble beaucoup d’amateurs de croisière rapide. Les plus connus à l’échelle internationale sont aujourd’hui les Gunboats mais le chantier breton Marsaudon Composites est de plus en plus présent. En 2019, Christian Guyader a remporté la classe MOCRA à bord de son TS42 Guyader Gastronomie. Cette année, il revient à bord de Guyader - Mext, un bateau de 50 pieds skippé par Gwen Chapalain qui participera l’année prochaine à la Route du Rhum. A propos de la Rolex Fastnet Race de cette année, il observe : « Nous avons gagné la dernière édition en temps compensé, mais aussi en temps réel. Cette année, ce sera plus difficile car il y a des MOD70 qui vont beaucoup plus vite que nous. C'est bien de finir à Cherbourg. Le parcours est un peu plus long, mais cela ajoute au jeu car on peut jouer sur toute la largeur de la Manche. Ce sera une grande fête à Cherbourg... »
 
Un géant de 84 pieds
 
Dans cette Rolex Fastnet Race, l'expression ultime d'un catamaran de croisière rapide moderne est le somptueux Allegra de 84 pieds conçu par Adrian Keller et dessiné par Irens. Le bateau a été conçu pour être plus rapide à toutes les allures et il l'a démontré récemment en Méditerranée avec une pointe à 29 nœuds. Depuis lors, comme son propriétaire suisse a pris de plus en plus de plaisir à le faire courir, Allegra a fait l'objet d'un programme constant de développement.

Allegra est un catamaran de 84 pieds skipper par Paul Larsen © Tim Wright/Photoaction.comAllegra est un catamaran de 84 pieds skipper par Paul Larsen © Tim Wright/Photoaction.com

Marin le plus rapide du monde
 
Le skipper de course à bord de ce monstre de 32 pieds de large et de 32 tonnes tout en fibre de carbone est Paul Larsen, le marin le plus rapide du monde. « Ces bateaux font un travail incroyable pour déplacer un appartement de luxe sur un parcours de course difficile », explique Larsen, qui a établi il y a près de 10 ans l'actuel record du monde de vitesse à la voile de 68,33 nœuds à bord de son Sailrocket 2. « Je les compare à des Bentley Continental de rallye : ce sont des voitures extrêmement performantes, avec des freins, des moteurs et des systèmes de maniabilité incroyables, mais au bout du compte, il s'agit d'une Bentley Continental et - quand les choses tournent mal, elle pèse lourd et vous n'êtes pas dans la voiture de rallye dans laquelle vous auriez pu être - qui aurait pu vous sortir de cette situation. »
 
En conséquence, Larsen affirme qu'il est plus stressant de les pousser à fond que les trimarans construits spécialement pour la course. « Ce sont des bateaux très complexes avec des systèmes hydrauliques, des systèmes et des blocs d'alimentation, etc. et une grande partie est pilotée par des fils. ». Néanmoins, après plusieurs années de campagne, ils sont aujourd'hui capables de lancer Allegra sur le plan d'eau et de le faire naviguer jusqu'à ses limites de conception, même dans des courses telles que la dernière RORC Caribbean 600, très ventée.

Loïck Peyron embarque à bord de l'Outremer 5X No Limit. Il a longtemps détenu le record du Fastnet. @Yvan ZeddaLoïck Peyron embarque à bord de l'Outremer 5X No Limit. Il a longtemps détenu le record du Fastnet. @Yvan Zedda

Peyron, de retour
 
Autre exemple, l'Outremer 5X Racing No Limit, la version tout carbone du modèle phare de catamaran de 60 pieds du constructeur de La Grande Motte. Il est mené par Yann Marilley, ancien Team Manager de Yvan Bourgnon. Parmi l'équipage de No Limit pour la Rolex Fastnet Race figurera la légende française de l'offshore Loïck Peyron. Le double vainqueur de l'OSTAR, détenteur du Trophée Jules Verne, barreur de la Coupe de l'America et concurrent du Vendée Globe a une longue histoire avec la Rolex Fastnet Race. En 2011, il a skippé le trimaran de 40 m Maxi Banque Populaire et a établi un nouveau record de la course, battant le précédent record qu'il avait établi en 1999 à bord de son ORMA 60 Fujicolor. Le record de Peyron n'a été battu qu'en 2019 par les trimarans Ultime de dernière génération.
 
Bières au frais
 
Tous les bateaux de croisière rapides de la Rolex Fastnet Race ne sont pas suisses ou français. L'entreprise Dazcat, située de l'autre côté de la Tamar, en Cornouailles, produit les modèles les plus performants du Royaume-Uni. Pour James Holder, basé sur l'île de Wight, ce sera sa quatrième saison et sa deuxième Rolex Fastnet Race à bord de son Dazcat 1295 Slinky Malinki (nommé d'après le chat des histoires pour enfants de Lynley Dodd). Tout comme Allegra, Holder affirme que ce n'est que maintenant qu'ils ont pu récolter les fruits de leur développement et du temps passé à « apprendre à connaître le bateau » au cours des dernières saisons.

Holder court sur des multicoques depuis 20 ans mais a passé beaucoup de temps à faire campagne sur les trimarans Dragonfly et Farrier F24 avant de passer au catamaran. « Nous voulions une combinaison de choses », explique-t-il. « Ce qui est étonnant avec ce bateau, c'est qu'il fait 13 m, mais si les conditions sont bonnes, vous pouvez atteindre une moyenne de 18-20 nœuds sur une période prolongée. A l'autre bout du spectre, nous avons probablement l'espace équivalent à un monocoque de croisière de 50-55 pieds, donc nous pouvons aussi profiter du temps en famille - nous pouvons aller à Salcombe et attraper du bar et faire un barbecue à bord. C'est une machine très flexible... »
 
Selon Holder, l'un des secrets pour être compétitif sur les bateaux de croisière rapides est de s'assurer qu'ils suivent un régime strict. « Nous nous imposons de fortes contraintes, nous ne prenons pas trop d'eau, donc nous ne prenons pas de douche pendant la course et nous n'avons pas de dessalinisateur. Nous mettons six bières dans le réfrigérateur, que nous consommons à l'arrivée, et nous mangeons bien - tout cela fait partie de notre travail, nous formons une grande équipe, nous sommes heureux et motivés et nous profitons des bonnes choses. Les gens n'ont pas à s'asseoir sur le rail toute la nuit dans la pluie et le froid, ce qui est l'un des avantages d'une course comme celle-ci ».