• Accueil
  • actualités
  • FRANCOIS GABART ET SON ÉQUIPAGE ÉTABLISSENT UN NOUVEAU RECORD DE COURSE

Rolex Fastnet Race Actualités

La Rolex Fastnet Race, une course au féminin

Plusieurs femmes ont déjà marqué l’histoire de la Rolex Fastnet Race. A presque un mois du départ et de l’arrivée à Cherbourg-en-Cotentin, tour d’horizon de celles qui vont écrire la 50ème édition de cette course historique.

The Rolex Fastnet Race provided a pivotal moment for Sam Davies in her offshore racing career © Yann Riou - polaRYSE / OscarLa Rolex Fastnet Race a marqué un tournant dans la carrière de Sam Davies dans la course au large. © Yann Riou - polaRYSE / Oscar

Sam Davies (GBR), Initiatives Coeur, classe IMOCA

Originaire de Portsmouth, Sam Davies vit en France depuis plus de vingt ans. Elle y a gravi tous les échelons de la course au large. Son histoire avec le grand large débute en 1998 alors qu’elle embarque aux côtés de Tracy Edwards pour battre le record du tour du monde sans escale. Elle a depuis participé à trois Vendée Globe ainsi qu’à la Volvo Ocean Race à la tête du team SCA. Récemment revenue d'une étape de l'Ocean Race, elle fait aujourd'hui campagne à bord d’un bateau flambant neuf aux couleurs d’Initiatives Cœur. Cette campagne permet de collecter des fonds pour des Mécénat Chirurgie Cardiaque afin de soigner des enfants issus de pays défavorisés.
 
La Rolex Fastnet Race est importante pour Davies car elle lui a permis de vivre sa première expérience de course au large à bord d'un bateau de 40 pieds, invitée par les propriétaires. « Sur le moment, vous ne vous rendez pas compte de l'incroyable opportunité qui vous est offerte. Surtout quand vous êtes jeune, vous devez bien vous vendre, mais sur le moment, vous considérez que c'est acquis. Je ne remercierai jamais assez Tim et Liz (les propriétaires) pour ce qu'ils ont fait pour moi ».
 
Le domaine de Davies - la course au large - est l'un des rares sports où les femmes et les hommes partent sur un pied d’égalité. Tout le monde a en tête la victoire de Florence Arthaud sur la Route du Rhum 1990 ou la seconde place d’Ellen Mac Arthur lors du Vendée Globe 2001. Dans le prochain Vendée Globe, il y aura au moins cinq femmes en lice. « Ce qui est sympa, c'est que ce sont toutes des navigatrices de haut niveau qui ont des projets avec des sponsors qui sont sérieux et qui sont là depuis longtemps (ce n'est pas leur premier Vendée Globe). Ils ont tous des foilers, avec un fort potentiel pour obtenir de bons résultats. »
 
« Ce qui est bien aussi, c'est qu'il y a au moins un skipper masculin qui a choisi une co-skipper féminine pour la Transat Jacques Vabre. Jusqu'à présent, les seules navigatrices IMOCA étaient les skippers. C'est un signe de confiance et de respect dans le monde de la voile. » poursuit Sam.

Tor Tomlinson (2nd right) on board Sunrise after finishing the 2021 Rolex Fastnet Race © Paul Wyeth/pwpictures.comTor Tomlinson (2e à droite) à bord de Sunrise après avoir terminé la Rolex Fastnet Race 2021 © Paul Wyeth/pwpictures.com

Tor Tomlinson (GBR), JPK 11.80 Sunrise, IRC 2

La dernière édition de la Rolex Fastnet Race a été remportée par le JPK 11.80 Sunrise de Tom Kneen dont l’équipage comprenait deux femmes : Tor Tomlinson Cheney et Suzy Peters.
Sur ce bateau, lors des départs, Tor Tomlinson Cheney règle la Grand-Voile tandis que Suzy Peters est co-navigatrice avec Tom Cheney, le mari de Tor.
 
« Suzy est une très bonne navigatrice et nous sommes toutes amies », explique Tomlinson Cheney.
 
Est-il plus facile pour les femmes d'obtenir une place sur ce type de bateau ? « En tant qu'amateur, je pense que oui. Il y a deux aspects différents : La navigation en double se développe, il est donc plus difficile pour les gens de naviguer, mais la raison pour laquelle elle est de plus en plus répandue est que les gens ont du mal à trouver des équipiers. Les opportunités sont donc plus nombreuses. Le plus difficile est de trouver l'équipe qui vous convient et pour laquelle vous voulez sacrifier vos week-ends. »

Astrid de Vin at the helm of her JPK 10.30 Il Corvo - competing in the De Guingand Bowl race © Paul Wyeth/pwpictures.com Astrid de Vin à la barre de son JPK 10.30 Il Corvo - participant à la course De Guingand Bowl © Paul Wyeth/pwpictures.com

Astrid de Vin (NED), JPK 10.30 Il Corvo, IRC Two

Si les équipages féminins sont minoritaires, les femmes propriétaires sont encore plus rares dans la flotte IRC. L'une des plus compétitives est la Néerlandaise Astrid de Vin. Il s'agit de sa quatrième Rolex Fastnet Race et de sa deuxième course en double, puisqu'elle a déjà participé à une course de ce type avec son précédent Grand Soleil 43.
 
Récemment, Astrid de Vin s'est engagée à courir en double au large avec son co-skipper expérimenté Roeland Franssens, qui a participé à au moins 10 courses autour du rocher irlandais. « Personnellement, après 10 ans de course côtière en Hollande, j'avais envie d'un plus grand défi. Avec la course au large, aucune course n'est la même ». Pour courir en équipage réduit au large, elle a acquis le JPK 10.30, le même modèle que celui qui a remporté la classe IRC Two-Handed lors des deux dernières courses de la Rolex Fastnet Race.
 
Sur le plan professionnel, Mme De Vin a travaillé dans le domaine des relations publiques et de la communication. Faisant partie d'un groupe exclusif de femmes propriétaires, elle déclare : « C'est vrai - j'ai de la chance ! Il faut avoir la possibilité de le faire financièrement et j'aime beaucoup la course au large ». Elle est impatiente de s'intégrer à la communauté britannique de l'IRC en double, qui comprend elle-même de nombreuses femmes, et même quelques femmes propriétaires comme Kate Cope avec son Sun Fast 3200 Purple Mist.

Jenny Taylor-Jones taking part in the Rolex Fastnet Race for the fourth time, but it will be a first for her and her family on their celebrated, well-travelled classic S&S39 Sunstone © SunstoneJenny Taylor-Jones participe à la Rolex Fastnet Race pour la quatrième fois, mais ce sera la première fois pour elle et sa famille à bord de leur célèbre voilier classique S&S39 Sunstone © Sunstone

Jenny Taylor-Jones (GBR), S&S 39 Sunstone, IRC Four

Dans la flotte IRC, les plus belles histoires sont des affaires de famille et l’une des plus emblématiques est celle des Taylor-Jones basés à Ipswich - Will et Jenny avec leur fille Issy et le frère de Will, Tom, complétés par deux amis d'Issy embarqués à bord de Sunstone, un bateau qui a marqué sa génération dans les années 90.
 
En ce qui concerne l'évolution des courses féminines depuis qu'elle a commencé, Jenny dit que c'est la navigation de sa fille qui est la plus évidente. « Elle a beaucoup navigué en dériveur et je l'ai conduite à de nombreux événements. Elle a navigué en Teras et en Feva, et la navigation en RS vise à inclure les filles de manière très équitable. A 13-14 ans, les sports à l'école sont très séparés en fonction du sexe, mais ça n’était pas le cas avec la voile ».
 
Ce sera la quatrième Rolex Fastnet Race de Jenny et la première de la famille à bord de Sunstone. En général, la stratégie est l’affaire de Jenny mais les tactiques de courses sont toujours abordées en commun. « J'ai hâte d'y être. J'avais un peu d'appréhension au début, parce que je me disais que je n'avais plus 25 ans. En fait, on ne se sent pas différent, juste un peu plus lent ».Shirley Gervolino is travelling over 9,000NM (16,676km) from New Caledonia in the South Pacific to race on  Global Yacht Racing’s First 47.7 EH01Shirley Gervolino a parcouru plus de 9 000 NM (16 676 km) depuis la Nouvelle-Calédonie, dans le Pacifique Sud, pour participer à la courseS

Shirley Gervolino (FRA/GBR), Beneteau 47.7 EH01, IRC One

Outre les participants australiens, la palme du voyage le plus lointain revient à Shirley Gervolino, qui vient tout droit de Nouvelle-Calédonie, pour courir sur le First 47.7 EH01 de Global Yacht Racing. Shirley est née en Angleterre d'un père anglais, a grandi en France et s'est installée en Nouvelle-Calédonie il y a 30 ans. Professionnellement, elle est médecin généraliste, mais se concentre aujourd'hui sur la stratégie et l'analyse des hôpitaux, y compris la numérisation des dossiers de l'hôpital.
 
Elle a navigué toute sa vie, en dériveur dans le sud de la France pendant son enfance à bord d'Optimist, de 470 et de 505. Elle a également abandonné la voile lorsqu'elle a eu une famille, avant de revenir à la compétition en 2007. Elle a notamment participé à la Rolex Fastnet Race 2009 - elle essaie de participer à une grande course au large de 600 à 1 000 milles par an. Elle a notamment participé à la Rolex Sydney Hobart, à la Rolex Middle Sea Race l'année dernière, à la course Auckland-Nouvelle-Calédonie, à la course Nouvelle-Calédonie-Vanuatu et à sa propre course autour de la Nouvelle-Calédonie, ainsi qu'à des régates en Europe et dans les Caraïbes. 
 
« J'aime les courses au large, mais j'aime aussi les courses côtières, que je pratique régulièrement. » En Nouvelle-Calédonie, les femmes qui participent à des courses sont relativement peu nombreuses. Là-bas, elle fait actuellement partie d'un équipage exclusivement féminin qui participe à la course Round New Caledonia et est impliquée dans une association qui encourage les femmes à naviguer.
 
« J'aime les équipages mixtes, mais je suis assez déçue car il faut toujours faire ses preuves quand on est une femme. Il y a des rôles à bord qui restent réservés aux hommes c'est très frustrant. » À l'avenir, Shirley souhaite acheter son propre yacht.

Experienced Dutch 19-year-old Tinka Visser will be competing on J/109 Jybe Talkin © Pedro Martinez/44CupL'expérimentée Néerlandaise Tinka Visser, 19 ans, participera à la compétition sur le J/109 Jybe Talkin © Pedro Martinez/44Cup

Tinka Visser (NED), J/109 Jybe Talkin, IRC Three

Bien qu'elle soit la plus jeune femme présentée ici, âgée de 19 ans, Tinka Visser de Groningen a accumulé une expérience considérable.
 
Issue d'une famille de navigateurs, elle est passée par la voile légère avant de se lancer à fond dans la course de quillards à l'âge de 16 ans. Elle a participé pendant un an à la campagne du VO60 Boudragon du Néerlandais Hans Bouscholte, dont le point culminant a été la Rolex Fastnet Race de 2021. Elle poursuit : « Après l'école, je me suis retrouvée sur le Swan 65 King Legend, avec lequel j'ai participé à des courses et effectué quelques convoyages ». Son réseau s'est encore élargi lorsque, pendant son année de césure, elle a passé du temps chez Doyle Sails UK. Cela lui a donné l'occasion de régater sur un Cape 31 et sur le J/109 à bord duquel elle participe cette année à la Rolex Fastnet Race.
 
« J'ai entendu beaucoup d'histoires sur la Fastnet Race », dit-elle. « Mes parents l'ont faite plusieurs fois dans le passé et j'ai donc entendu parler des conditions difficiles. Il y a deux ans, au départ, il y avait beaucoup de vent et de grosses vagues, mais après, ça allait - ce n'était pas confortable. Je m'attendais à des conditions plus difficiles. »
 
Alors que sur le VO60, ils ont régaté à 18, elle attend avec impatience une course plus intime à huit sur le J/109 Jybe Talkin de Christopher Burleigh. Cette fois encore, il s'agit d'une affaire de famille, puisque son fils Matthew et sa fille Kat participent également à la course. « Je les ai rencontrés par l'intermédiaire d'un ami à la Semaine de Cowes et j'ai navigué avec eux pendant deux jours. Nous sommes restés en contact et j'ai vu qu'ils prévoyaient de participer à la Fastnet... »
 
Malgré son jeune âge, elle affirme que le secret est « d'avoir des relations, de connaître des gens, puis il y a un effet boule de neige. Cela dépend en partie de votre caractère : si vous êtes ouvert, que vous voulez aider et que vous êtes disposé à recevoir des commentaires, c'est ainsi que vous vous entendrez avec les gens. Peu importe que vous soyez un homme ou une femme. »
 
Outre l'imminence de la Rolex Fastnet Race, Visser étudie actuellement les sciences de l'éducation et a eu la chance d'être embarquée pour la saison dans l'équipage Team Aqua de Chris Bake sur la 44Cup, qui se rendra à nouveau à Cowes du 9 au 13 août.

Dès le 17 juillet, retrouvez les skippers à Cherbourg-en-Cotentin pour le pré-départ de la Rolex Fastnet Race. Le départ est lancé depuis Cowes le 22 juillet et les arrivées s’enchaînent à partir du 23 juillet, pendant toute la semaine.

follow us